Décembre 2018 : Le CDI voyage dans le temps : Destination, le Moyen Âge...

(actualisé le ) par Mme Chalopin

Pour illustrer une séance de 5eme sur le Moyen Âge, M.Drouère a rassemblé les ouvrages documentaires du CDI et a emprunté l’armure médiévale de M.Tourte.

Impressionnant !

Inspirés par cet objet exceptionnel, les élèves de M. Drouère ont réalisé des affiches sur la chevalerie,

...puis, les élèves de Mme Dréano ont assemblé les principaux éléments d’un château-fort avec les patrons qu’ils ont réalisés en géométrie...

... les élèves de 4eme de Mme Durand ont ensuite rédigé un récit fantastique dans lequel l’armure est l’élément central...car, à y regarder de plus près...

l’armure va-t-elle se lever et nous poursuivre ?

Il est temps de rédiger son récit...
Voici un des mieux réussis, celui de Sirin :

«  Une légende rapporte que cette armure aurait autrefois appartenu à Perceval, chevalier du roi Arthur...noble et loyal jusqu’à ce qu’il décide de tuer et d’enchaîner crimes et délits. On retrouva un jour son corps sans jamais comprendre ce qui lui était arrivé... »
Voilà l’histoire que nous raconta un jour la documentaliste à propos de l’armure exposée dans la grande vitrine du CDI. A chaque fois qu’elle en parlait, elle devenait mystérieuse et, dès lors que quelqu’un s’en approchait de trop près, elle le mettait en garde que, quiconque essaierait de la toucher, serait frappé d’un terrible châtiment. Je me disais qu’elle voulait sûrement faire peur aux élèves qui pourraient abîmer cet objet de grande valeur.
Cela faisait maintenant une semaine que l’armure était exposée. Le matin, pendant la récréation, j’allais l’observer, c’était devenu une habitude, et, chaque matin, Mme Chalopin se plaignait que pendant la nuit, quelqu’un déplaçait la statue de métal. Elle jurait que, quand elle coincerait la personne, elle serait expulsée du collège. Certains lançaient des rumeurs selon lesquelles, la nuit, l’armure prenait vie. Mais moi j’étais d’accord avec Mme Chalopin : le surnaturel n’existait pas…enfin c’est ce que je croyais jusqu’au jour où il m’arriva cette histoire effrayante.
Je vais vous la conter :
C’était un vendredi soir, il était 18h. J’étais restée tard au collège car j’avais été collée par Mme Durand qui me trouvait trop distraite en cours : « Tu dois être plus concentrée et plus attentive » m’avait-elle dit avant de me donner la retenue. J’étais si contente que ma punition soit maintenant terminée : je l’avais trouvée interminable. J’arpentais les couloirs qui menaient à la sortie...Mais quelque chose me semblait bizarre : tous les couloirs étaient déserts. Je ressentis un frisson. Je me rassurais en me disant que le personnel avait finit plus tôt, et je me hâtai pour rejoindre la grille afin de rentrer chez moi. Je sonnai à la loge pour qu’on m’ouvre la grille. Personne ne répondit. Silence. L’atmosphère devint effrayante. Je revins sur mes pas et je vis que la porte du CDI était entrouverte alors qu’à la minute précédente, elle était fermée. Je me persuadai qu’elle avait été mal fermée et qu’elle s’était ouverte par un simple coup de vent. Je ne pus trouver une autre explication rationnelle quand, soudain, l’armure de Perceval sortit et s’avança vers moi. A ce moment -là, je me dis : » Tu dois sortir d’ici avant qu’il ne soit trop tard ! » et je courus, courus vers la sortie de secours. La peur me donnait des ailes et j’espérais de toutes mes forces m’en sortir vivante. Ça y’est ! C’est bon ! j’étais sortie ! Mais je ne ralentis pas pour autant et continuai à courir dans la nuit jusqu’à ce que j’arrive chez moi. Mes parents m’avaient laissé un mot sur lequel était inscrit ceci : « Sirin, nous sommes partis pour une urgence au travail, on t’a laissé un plat de spaghetti. A demain ; »
J’étais soulagée de ne pas avoir à expliquer à mes parents pourquoi j’étais revenue si tard. Si tard ? Quelle heure était-il ? Je regardai ma montre. Il était 23 heures... 
{{}}

Merci à Sirin pour ce récit haletant !
Mais finalement : Pas de panique ! L’armure n’a rien de menaçant…

La voici en train de bronzer...

et elle aime bien faire plaisir...

Dites-le avec des fleurs !

C’est aussi avec des fleurs et des bonbons qu’ont été remis aux meilleurs participants de la Super Dictée des Toupets, les bons-cadeaux de 10 euros, ainsi que le prix qui récompense les trois meilleures lectrices du CDI !

Et les nouveautés du mois sont déjà toutes réservées pour les vacances…

Joyeux Noël à tous !